mardi, octobre 4, 2022

Conseil de sécurité de l’ONU : Moscou et Pékin bloquent une demande d’enquêtes indépendantes de l’ONU sur Moura

Must Read

Depuis l’opération sans précèdent des Forces Armées Maliennes (FAMa) qui a fait des centaines de morts côté ennemis, le 27 au 31 mars 2022 à Moura, une localité située dans la région de Mopti, les réactions ne cessent de bondir de par le monde entier. Si les alliés du Mali se réjouissent d’une « victoire importante » contre le « terrorisme », la France et certaines Organisations de Défenses des droits de l’Homme dénoncent une « exaction » contre les civils. Devoir de justice ou simple incrimination de l’intervention Russe au Mali ? En tout cas, Moscou et la Pékin ont bloqué une demande du Conseil de sécurité de l’ONU d’avoir des “enquêtes indépendantes” sur cette opération à Moura.

Entre le 27 au 31 mars 2022, une descente musclée des Forces Armées Maliennes (FAMa) à Moura, une localité située dans la région de Mopti a fait 203 morts côté ennemis, selon un communiqué de l’état-major général des armées maliennes.   Une « victoire importante » contre le « terrorisme », selon le ministre des affaires Etrangères du Kremlin dans la foulée d’une célébration de cette victoire à Bamako et à l’intérieur du Mali. Parallèlement à cette atmosphère ambiante, des organisations de défense des droits de l’homme, dont Human Rights Watch dénoncent  un massacre présumé de l’armée malienne qui aurait fait plusieurs centaines de victimes civils à Moura , notamment, l’exécution sommaire de 300 civils. C’est sur la base de ce rapport que la France  a soumis à l’approbation du Conseil de sécurité, le vendredi dernier, une demande « d’enquêtes indépendantes » sur ce massacre présumé que se seraient livrés l’’armée malienne et ses alliés « paramilitaires russes ». La déclaration proposée au Conseil de sécurité soulignait la « profonde préoccupation…face aux allégations de violations et atteintes aux droits humains au Mali, en particulier celles qui auraient été perpétrées contre des civils à Moura, dans la région de Mopti, du 27 au 31 mars 2022 » nous apprenne l’AFP, en ajoutant cette  réclamation  « d’enquêtes approfondies et indépendantes pour établir les faits, trouver les responsables de ces violations et exactions et les traduire en justice ». Il l’aura fallu l’intervention de la Russie et de la Chine pour empêcher cette démarche orchestrée  par la France.   Pour Moscou et Pékin qui se sont opposés,  il serait « prématuré » d’engager une nouvelle enquête alors qu’une première a été ouverte par les autorités maliennes. Par ailleurs, Moscou estime que les allégations sur un massacre de civils à Moura est une « désinformation », tout comme celles faisant état de  l’implication de mercenaires russes de la société privée Wagner dans l’opération. Ce  sujet sur l’intervention de « paramilitaires Russes » avait d’ailleurs été la cause de toute la flambée des tensions dans la relation entre Paris et Bamako. La persistance de la diplomatie française à dénigrer et à dénoncer  ce que les nouvelles autorités de Bamako qualifiaient de diversification de leur  partenariat  militaires conformément au principe de  la souveraineté d’un Etat indépendant, avait provoqué un épilogue  de tension diplomatique qui a conduit  entre autres à l’expulsion de l’ambassadeur de la France au Mali, le retrait des forces françaises et alliées du Mali  et tout récemment, la suspension de la  diffusion des medias français RFI et France 24 sur toute l’étendue du territoire malien. Selon beaucoup d’observateurs panafricanistes, la France n’arrive toujours  pas à digérer  la façon dont elle a été remise en cause au Mali  par les autorités de la transition. C’est ce qui explique encore, selon eux, toutes les manœuvres  de Paris au près des organisations sous régionales (CEDEAO et UEMOA) ; de l’Union Européenne et maintenant auprès du  conseil de sécurité des Nations Unies pour mettre à genou la Mali. Quand on s’en tient à la position ferme toujours prise par la France contre le Mali, on comprend que la France n’est pas prête à abandonner de ci-tôt. Le ministre français des Affaires étrangères de la France, Jean-Yves Le Drian, en réclamant une « enquête des Nations unies », a encore mis en doute la version des autorités maliennes.

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Accès à l’électricité à moindre coût : Bientôt des compteurs électriques made in Mali

Dans le cadre d’un partenariat entre la société chinoise Elect Afric et EDM-SA, le Mali  aura très bientôt une...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img