samedi, mai 21, 2022

Le Cadre d’échange souffle le chaud : L’ultimatum du 25 mars lancé à la transition

Must Read

Pas de slow pour les autorités de la transition qu’il invite à quitter le 25 mars le gouvernail–Mali, faute de quoi elles seraient frappées d’illégitimité, de non reconnaissance.  

Une prise de position exprimée au détour d’un séminaire largement consacré à l’élaboration du chronogramme électoral et à la durée de la transition politique en cours. Emerge telle une boussole la date fatidique du 25 mars, veille de l’anniversaire de l’avènement de la démocratie au Mali. A cette date, les partis politiques membres du Cadre d’échange se proposent de retirer leur onction aux autorités de la transition et de pourvoir à leur remplacement par une nouvelle équipe avec un gouvernement piloté par un Premier ministre politiquement neutre et l’installation d’un nouveau Conseil national de transition (CNT).

Derrière la détermination de ses principaux et fieffés animateurs – Dr. Modibo Soumaré, son président, Amadou Koita, Djiguiba Keïta (PPR), Issa Diarra, Amadou Aya – rien n’a filtré sur la stratégie mise en place pour y parvenir. Misent-ils sur un soulèvement populaire en vue de venir à bout du régime actuel ? Cet ultimatum  laisse de marbre les autorités décidées à poursuivre leur mission. Seul bémol, l’inflexion éventuelle consécutive à une révision du chronogramme dans le sens d’un apaisement avec les partenaires au développement. Une hypothèse d’autant plus probable que le pont du dialogue n’est pas totalement rompu avec la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao).

Le Cadre a-t-il les reins solides ?

 A ces pressions extérieures et multiformes, le Cadre vient mêler sa voix pour donner davantage de fil à retordre à une transition qui tente sans succès de réaliser une unité sur le front intérieur. La mayonnaise n’a guère pris. Et le pays court le risque d’affrontements directs entre les partisans d’une longue transition et les tenants de l’organisation des élections générales à un délai jugé raisonnable. Les mises en garde lancées récemment par des groupes se revendiquant du Mouvement du 5 juin –Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) en attestent.

Ou bien jugent-ils inéluctable la chute de la transition sous l’effet des rudes sanctions économiques et financières imposées au Mali ? En fait, nombreux tablent certains analystes économiques émettent des doutes sur le paiement régulier des salaires des travailleurs et l’assurance d’un fonctionnement régulier des services de l’Etat à court terme. Ces analyses ont peut-être trouvé ici un taureau fertile.

Comme ils n’ont pas suffisamment les reins solides, du fait de leur nombre et de leur capacité de mobilisation, ils vont inviter d’autres chapelles politiques et organisations de la société civile à rejoindre leurs rangs.

Autant dire que les prochaines semaines vont être riches en empoignades. A moins qu’il s’agisse là de simples propos en l’air.

Ibrahim Yattara   

Source: L’Informateur

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

VISITE DE LA VICE-PRÉSIDENTE DU BENIN AU MALI: VA-T-ON VERS LA LEVÉE DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES ?

Le mardi 17 avril dernier, la vice-présidente du Benin , Mariam Chabi Talata Zime, a effectué une visite au ...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img