Accueil » Politique » Abdoulaye Diop, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale : Le Mali demande qu’on respecte sa souveraineté…

Abdoulaye Diop, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale : Le Mali demande qu’on respecte sa souveraineté…

Dans un entretien accordé à l’ORTM, le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a réagi aux conclusions du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, tenu le 12 décembre 2021 à Abuja au Nigéria. Le Chef de la Diplomatie malienne note une avancée dans le dialogue avec les dirigeants ouest-africains. SEM Abdoulaye DIOP rassure que les efforts diplomatiques se poursuivront pour établir davantage la confiance entre le Mali et ses partenaires extérieurs.

  ORTM : Monsieur le Ministre quelle appréciation faites-vous des décisions du dernier Sommet de la CEDEAO ?

Abdoulaye DIOP : « Nous sommes soulagés, parce que de tout temps, la préoccupation du Président de la Transition, du Premier ministre et de l’ensemble du Gouvernement, était d’œuvrer à éviter que des sanctions supplémentaires puissent être posées contre le Mali, et éviter toutes sanctions pouvant affecter les populations maliennes qui ont déjà tant souffert. Nous pensons que les efforts entrepris pour expliquer à nos partenaires de la CEDEAO la difficulté dans laquelle nous nous trouvons, mais aussi, la nécessité d’écouter davantage les Maliens, de leur permettre d’être parties prenantes de toute solution, de notre point de vue, ce message a été entendu. Le fait que ces mesures aient été différées pour permettre aux Maliens d’aller dans les Assises et de revenir à la Communauté régionale avec un chronogramme constitue un pas important. Il est vrai que la date du 27 février qui est réitérée dans le communiqué de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, de notre point de vue, elle n’est pas nouvelle. C’est une position de principe de l’Organisation. Mais, à mon avis, il faut dépasser cela. L’objectif, aujourd’hui, c’est de pouvoir travailler à un calendrier alternatif. Le Gouvernement du Mali, par la voix de Son Excellence le Président de la Transition, avait déjà indiqué la difficulté pour le Mali de tenir cette date à cause de contraintes objectives et surtout d’événements inattendus qui ont impacté le processus de Transition, mais aussi, par rapport à la situation sécuritaire qui ne permet pas la tenue des élections. Nous  allons continuer à expliquer. Ce que le Mali a toujours demandé, c’est qu’il y ait une approche plus holistique de l’examen de la question du Mali ».

Après vos multiples rencontres avec les partenaires extérieurs, vous avez donc aujourd’hui, le sentiment d’être compris notamment par les dirigeants de la CEDEAO ?

« Oui, il y a des pas. Nous devons faire chacun le pas de comprendre. J’imagine que beaucoup d’entre eux sont inquiets par rapport à ce qui se passe au Mali avec des risques de contagion, si on peut appeler ça comme ça. Nous devons tous continuer à travailler ensemble pour améliorer ce dialogue. L’objectif, c’est de rechercher des solutions. Lors de la dernière tournée que nous avions effectuée sur instruction du Président de la Transition, le Colonel Assimi GOITA, qui est le Chef de la Politique extérieure, il m’a demandé d’entreprendre un certain nombre de démarches, d’explication au niveau de ses frères de la région. Je m’étais rendu à Abuja au Nigéria, au Ghana, à Abidjan. Mais avant cela, nous avons visité beaucoup d’autres pays. Notre action, dès le début, au niveau du Gouvernement a toujours été d’œuvrer à établir des relations de confiance avec la Communauté internationale pour qu’elle puisse avoir une meilleure lecture de la situation au Mali. Le Mali n’a pas vocation à remplacer X par Y mais, nous cherchons notre intérêt et nous allons le chercher partout où cela est nécessaire. Donc, nous voulions que nos partenaires comprennent seulement que le Mali demande qu’on respecte sa souveraineté, qu’on respecte son unité et la dignité des Maliens. Et que nous puissions travailler dans un esprit gagnant-gagnant dans tous ces partenariats ».

 

SourceL’Aube

 

À propos MOM Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le professeur Salikou Sanogo sur la crise au sein de l’URD : « Les textes nous donnent raison… »

Alors qu’un congrès extraordinaire a été tenu par des membres du bureau pour désigner un ...

Mali: hommage national à IBK et début du deuil national de trois jours

Au Mali, un hommage national est rendu ce vendredi à l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta ...

SUITE L’ENTRETIEN TELEPHONIQUE ENTRE LE COLONEL ASSIMI GOÏTA ET ANTONIO GUTERRES: LES AUTORITÉS DE LA TRANSITION AUTORISENT LA MINUSMA À REPRENDRE SES SERVICES AÉRIENS

L’entretien téléphonique entre le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta et le Secrétaire ...

Mali: l’ancien général Souleymane Y Sidibé dit Bebel decédé

l’ancien général à la retraite Souleymane Yacouba Sidibé est décédé ce mardi 18 janvier 2022. ...

20 janvier 1961-20 janvier 2022 : L’armée malienne, un combat continu au service du Mali !

Créée le janvier 1961, l’armée malienne fête, demain, ses 51 ans. Malgré les défis qui ...

Manifestations de soutien à la Transition. : Les sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA dénoncées

A l’appel des autorités de la Transition pour dénoncer les sanctions infligées par la Communauté ...