Accueil » Internationale » Le ministre malien des Affaires étrangères plaide la cause de son pays avant le 60e sommet de la Cédéao

Le ministre malien des Affaires étrangères plaide la cause de son pays avant le 60e sommet de la Cédéao

Le ministre malien des Affaires étrangère plaide la cause de son pays avant le 60e sommet des chefs d’État des pays membres de la Cédéao qui doit s’ouvrir, dimanche 12 décembre, au Nigeria. Après Accra, où il a été reçu par le président Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao, Abdoulaye Diop s’est rendu au Nigeria pour des discussions avec plusieurs personnalités. Il a, par exemple, eu, jeudi, à Abuja des entretiens avec Goodluck Jonathan, le médiateur de l’institution sous-régionale dans la crise malienne.

Devant ses interlocuteurs à Accra et ici à Abuja, le ministre malien des Affaires étrangères l’a dit clairement : son pays veut la compréhension, l’accompagnement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) pour trouver une solution à la crise dans son pays. Le  ton utilisé par le ministre Abdoulaye Diop, selon plusieurs témoins est à l’apaisement. Et il a fait oublier la dernière lettre ouverte d’un autre ministre malien qui, dans avec une plume trempée dans du vitriol, s’attaquait à la Cédéao.

L’attente de la date

Mais, dans les capitales ghanéenne et nigériane, le point-clé où on attendait le chef de la diplomatie malienne est la date des élections qui doivent mettre fin à la transition politique au Mali. Les scrutins présidentiel et législatif n’auront pas lieu comme prévu avant fin février 2022, et le ministre malien des Affaires étrangères en tournée, n’a pas, au  nom de son gouvernement, présenté de nouvelles dates. Ce qui a laissé ses interlocuteurs sur leur faim. 

Avoir du concret

« L’idée est de ne pas tourner en rond » et d’avoir quelque chose de concret pour aller de l’avant, commentent des officiels de pays membres de la Cédéao qui se réunissent avant la rencontre des chefs d’État. Selon les mêmes sources, certes, dans  un document officiel, et pour sortir de la crise, les autorités maliennes affirment ne pas vouloir s’éterniser au pouvoir,  mais le texte ne contient pas un calendrier électoral détaillé. En attendant, le ministre malien des Affaires étrangères va poursuivre son périple dans la sous-région pour chercher des soutiens avant le sommet des chefs d’Etats de la Cédéao de ce dimanche.

RFI

À propos MOM Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

SANCTIONS DE L’UNION EUROPÉENNE CONTRE LE MALI: LE SORT DU MALI DEBATTU DEMAIN LORS D’UNE RÉUNION DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DES PAYS DU G5 SAHEL

Pour s’aligner aux sanctions de la CEDEAO infligées à notre pays lors du sommet extraordinaire ...

Le Mali demande au Danemark de retirer ses troupes du pays

Le Mali a fait savoir lundi qu’il avait demandé au Danemark de retirer immédiatement ses ...

Sanctions contre le Mali : Union africaine soutient la CEDEAO et propose une transition de 16 mois

Le vendredi 21 janvier 2022, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ...

Le professeur Salikou Sanogo sur la crise au sein de l’URD : « Les textes nous donnent raison… »

Alors qu’un congrès extraordinaire a été tenu par des membres du bureau pour désigner un ...

À la Une: l’incertitude au Burkina Faso

  Des tirs d’armes qui crépitent hier matin dans divers camps militaires de Ouagadougou ainsi ...

Mali: hommage national à IBK et début du deuil national de trois jours

Au Mali, un hommage national est rendu ce vendredi à l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta ...