Accueil » Internationale » Justice : Le dossier des meneurs de la marche de protestation du 27 novembre renvoyé au 15 décembre 2021

Justice : Le dossier des meneurs de la marche de protestation du 27 novembre renvoyé au 15 décembre 2021

Les meneurs de la marche de protestation du 27 novembre 2021 ont été présentés au Tribunal de grande instance (TGI 1) d’Ouagadougou, ce mercredi 8 décembre. Aussitôt ouverte, l’audience est renvoyée au 15 décembre 2021.

Ils sont trois à comparaître devant le Tribunal de grande instance (TGI 1) d’Ouagadougou. Il s’agit de : Hervé Ouattara ; Mamadou Drabo et Adama Tiendrebeogo dit Colonel. Ils sont poursuivis pour participation à une manifestation illicite et destruction de biens publics.

A l’ouverture de l’audience, le procureur a demandé un renvoi afin de constituer tous les dossiers. En effet, d’autres personnes sont poursuivies pour les mêmes faits dans un deuxième dossier.

Les avocats de la défense ont demandé une remise en liberté provisoire. Selon Me Ambroise Farama, il s’agit « des personnes majeures, mariées, ayant une adresse connue, des personnes bien connues du peuple burkinabè, qui n’ont aucune volonté de se soustraire de leur obligation de répondre devant la justice des faits qui leurs sont reprochés ».

Le tribunal a tranché. L’audience est renvoyée au mercredi 15 décembre 2021 et la demande de remise en liberté refusée.

Ce refus de la demande de remise en liberté n’est pas digéré du côté de la défense. Me Ambroise Farama a estimé que c’est la liberté fondamentale qui est en train d’être remise en cause. Il a indiqué, par ailleurs, que les avocats de la défense vont se constituer en un collectif pour ce dossier.

Le samedi 27 novembre 2021, plusieurs organisations de la société civile ont appelé les populations à manifester leur mécontentement et exiger le départ du président du Faso face aux attaques terroristes à répétition. Cet appel, conduit sous la houlette du Mouvement Sauvons le Burkina, est survenu suite à l’attaque contre un détachement d’Inata (région du Sahel) le 14 novembre, qui a causé la mort de 57 personnes dont 53 gendarmes.

Cette manifestation a été interdite. Dans certaines rues d’Ouagadougou, l’on a assisté à des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre. Le lendemain, le ministre de la sécurité, Maxime Koné a annoncé les poursuites judiciaires, car les meneurs de cette marche ont été identifiés.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

À propos MOM Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

À la Une: l’incertitude au Burkina Faso

  Des tirs d’armes qui crépitent hier matin dans divers camps militaires de Ouagadougou ainsi ...

CAN 2022: Sylvain Gbohouo suspendu pour dopage, la Fédération ivoirienne fait appel

Le gardien de but de la sélection de Côte d’Ivoire, Sylvain Gbohouo, risque de manquer ...

Présidence française de l’Union européenne: quel enjeu pour Emmanuel Macron?

Emmanuel Macron a dit lors de ses vœux aux Français qu’il voulait que l’année 2022 ...

Sénégal: lancement du nouveau train express régional

Au Sénégal, le TER, train express régional, entre enfin en gare ce lundi. Les premières rotations ...

CAN 2021: les joueurs pourront être retenus par leurs clubs jusqu’au 3 janvier

Les joueurs internationaux concernés par la Coupe d’Afrique des nations au Cameroun (9 janvier – ...

Assises nationales de la refondation : la phase nationale démarre aujourd’hui

L’ouverture de cette importante rencontre, à laquelle sont attendus environ 1.000 participants, sera présidée par ...