lundi, décembre 5, 2022

Communautés vulnérables à Sikasso et Ségou : Un programme conjoint pour les soutenir

Must Read

Les Régions de Sikasso et de Ségou sont touchées par l’insécurité alimentaire, la malnutrition et les effets du changement climatique. Pour renforcer la résilience des communautés vulnérables de ces localités contre ces fléaux, le gouvernement suédois, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le Programme alimentaire mondial (Pam) ont signé, vendredi dernier à la résidence de l’ambassadeur de Suède, un programme conjoint de quatre ans.

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du chef de la Coopération suédoise au Mali, Richard Bomboma, de la directrice du Pam, Sally Haydock, de la représentante de l’Unicef au Mali, Sylvie Fouet, celui de la Fao, Mansour N’Diaye et du directeur Europe du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Sékou Cissé.

Ce programme d’un montant de plus de 12 milliards de Fcfa est intitulé : «Renforcement de la résilience des communautés vulnérables affectées par l’insécurité alimentaire, la malnutrition et les effets du changement climatique dans les Régions de Sikasso et Ségou». Il a été financé par la Suède et sera mis œuvre par l’Unicef, le Pam et la Fao.

L’objectif est de contribuer à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de 144.800 personnes en particulier des femmes et des enfants, grâce à une agriculture durable. Il vise la création et la réhabilitation d’actifs communautaires tels que l’aménagement de bas-fonds pour la pisciculture. S’y ajoutent la production de foyers améliorés et de briquettes combustibles à base de déchets végétaux et animaux et un meilleur accès à l’eau et aux services de santé.

Le chef de la Coopération suédoise a expliqué que ce programme conjoint FAO-Unicef-Pam est conforme à la stratégie suédoise pour la coopération bilatérale avec le Mali pour les années 2021-2025. «Dans ce projet, notre partenariat pluriannuel avec les trois agences des Nations unies permettra de s’attaquer aux causes sous-jacentes de la vulnérabilité et contribuera à la mise en place de systèmes alimentaires durables et nutritifs», a souligné Richard Bomboma.

Il précisera que le programme aborde les six perspectives thématiques de la Coopération suédoise au développement à savoir la réduction de la pauvreté, les droits de l’Homme, l’égalité des sexes, la sensibilité aux conflits, l’environnement, le changement climatique et la résilience. «Nous nous réjouissons de constater que les bénéficiaires directs seront notamment les ménages ruraux les plus pauvres et les plus vulnérables, les enfants de 0 à 59 mois, les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI), les femmes enceintes et allaitantes et les petits producteurs agricoles», s’est-il félicité.

La représentante de l’Unicef a salué la prise en compte des enfants, des jeunes et des femmes par ce programme. Selon Sylvie Fouet, l’expertise et l’expérience complémentaires de ces trois agences de l’ONU garantiront un impact fort et solide à long terme. Et d’ajouter que la Suède est un partenaire clé de l’Unicef dans notre pays.

Quant au représentant de la FAO dans notre pays, il a promis que son organisation utilisera conjointement son expertise pour renforcer notamment la cohésion sociale et la réduction des conflits à travers des activités agricoles, une meilleure nutrition et de meilleures conditions de vie pour les bénéficiaires de ce projet. Le Pam, de son côté, entend appuyer le développement d’activités liées à la nutrition.

Le directeur Europe du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a souligné qu’en peu de temps, la Suède s’est élevée au rang de partenaire stratégique, notamment en matière de développement, de consolidation de la paix. Ce programme, a-t-il expliqué, s’aligne avec nos politiques publiques et la volonté de l’inclusion prônée par les autorités. Sékou Cissé a rendu hommage aux trois agences pour leur accompagnement en termes de lutte contre l’insécurité alimentaire et les effets du changement climatique.

Mohamed D. DIAWARA

Source : ESSOR

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Liste des membres additifs du CNT : La déception du Haut conseil islamique du Mali

La nomination des membres additifs du Conseil national de transition par décret présidentiel fait jaser. La frustration née de...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img