Accueil » Politique » Situation du Mali : L’Imam Dicko regrette-t-il ses actions ?

Situation du Mali : L’Imam Dicko regrette-t-il ses actions ?

Après la chute de l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, l’influent Imam de Badalabougou a annoncé qu’il retournait dans sa mosquée afin de se consacrer à ce qu’il sait faire : transmettre le message de Dieu. Mahamoud Dicko aurait-il regretté ses actions qui ont abouti au changement de régime ?

Le Mali vit en ce moment une période décisive de son histoire, un véritable calvaire par non seulement des attaques qui aboutissent évidemment à l’insécurité dans tout le pays, mais également par la situation politique et les tensions internationales autour. Le Mali, un pays qui souffre, a besoin de bien plus de choses pour appesantir ou accentuer son ascension vers l’émergence.

Dans son ‘’Koutouba’’ du vendredi 5 novembre 2021, dans sa mosquée, selon les informations recueillies par certains médias, l’Iman Dicko a évoqué que les problèmes que le Mali traverse sont dus au manque de recours à des personnalités respectables qui pourraient servir de médiateurs entre les protagonistes pour qu’une solution puisse être trouvée à chaque problème.

Ce genre de personne n’est pas dans le lot seulement des personnes âgées ni dans le rang des personnes coutumières, des savants ou des religieux. Et si cette personne ou ces personnes, selon la même source, qui pourraient servir de médiateurs dès que ça chauffe sont devenues rares dans un pays, quel serait l’avenir de ce pays ?

Et de dire que le pays ne se construit pas avec les réseaux sociaux. Ici, l’Imam Dicko critique. « Le pays où on ne s’écoute pas, on ne se soutient pas, est destiné à s’effondrer », a-t-il ajouté. « Ce pays a besoin que ses fils s’entendent et se guident entre eux.

Le croyant doit avoir un cœur pur qui aspire à la paix et non à la division. Toute personne qui vient au croyant avec le message de la paix, il faut lui montrer que « toi aussi, tu aspires tant à cette paix.

Cela, pour convaincre sur des capacités réelles sur le plan interne à pouvoir établir un dialogue franc avec les protagonistes qui évoluent dans des groupes armés terroristes. Qu’ils qualifient comme « nos fils, les fils d’un même pays » a-t-il laissé entendre. Finalement, l’on ose dire que l’Imam Dicko a déjà regretté les actions qu’il a posées.

Moriba DIAWARA  

 

SourceLE COMBAT

 

 

À propos MOM Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Société du Patrimoine Ferroviaire du Mali (SOPAFER): • Où sont donc nos trains ? • Les autorités de la Transition interpellées sur le cas du Directeur général, Ibrahim Maïga

Comme nous l’avions toujours dénoncé dans ces lignes, et comme aujourd’hui fortement sollicité par les ...

Cour d’assises militaire : 20 ans de réclusion criminelle pour l’adjudant-chef violeur

À la barre, l’accusé a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec l’épouse de son ...

Région de Kayes : L’exploitation minière peut et doit rapporter plus

Les retombées de la présence massive des mines d’or ne sont pas très visibles. Les ...

Communiqué du conseil des ministres du 01 décembre 2021

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 1er décembre 2021, dans ...

Guide de l’inspecteur des services judiciaires : Des acteurs de la justice s’approprient le contenu du document

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mahamadou Kassogué ...

MAHAMAT SALEH ANADIF sur les élections au MALI « Les élections ne peuvent pas se tenir en février, c’est clair mais… »

Sur la chaine Africanews, l’ancien patron de la Minusma et le Représentant du Secrétaire général ...