Accueil » DIPLOMATIE » L’ONU appelle au « respect des engagements pris »

L’ONU appelle au « respect des engagements pris »

La délégation onusienne, en fin de mission à Bamako, déclare avoir été « assurée et impressionnée » par les arguments avancés par les autorités de la transition sur la situation socio-politique du pays. Selon Abdou Abarry, représentant permanent du Niger auprès de l’ONU, cette assurance pourrait permettre au Conseil de Sécurité d’examiner positivement la situation du Mali à New York.

« Nous partons véritablement assurés et impressionnés par les arguments que le Premier ministre nous a donné », a souligné Abdou Abarry, représentant permanent du Niger auprès de l’ONU et membre de la délégation. Il estime également que cette assurance donnée par le chef du gouvernement malien pourrait faciliter l’examen de la situation du Mali à New York. « Je pense que dans l’examen de la situation du Mali, le fait que l’ensemble des membres du Conseil de sécurité soit venu ici, aura un impact positif lorsqu’on discutera de cette question au Conseil de Sécurité », a-t-il argumenté.

« Nous avons particulièrement été heureux d’entendre un certain nombre de vérités et d’explications de la bouche du Chef du gouvernement appuyé en cela par les membres du gouvernement », s’est félicité le diplomate nigérien auprès de l’ONU. Il a aussi ajouté que « la meilleure façon de rapprocher les positions du Mali avec celles de la communauté internationale, en général, et du Conseil de sécurité, c’est à travers le dialogue ».

Pour sa part, Choguel Kokalla Maiga a affirmé que la légitimité du gouvernement réside dans l’application des revendications portées par le peuple lors de l’insurrection. « Nous avons rappelé au Conseil de sécurité qu’en 2013, à l’intervention de la Minusma et de la communauté internationale, nous avions une insécurité résiduelle qui était dans l’extrême nord du pays. Aujourd’hui, l’insécurité, le terrorisme a occupé pratiquement les 60 à 80% du territoire », a souligné le Premier ministre malienChoguel Kokalla Maiga a souligné aussi que « les forces patriotiques qui sont à la tête de l’État n’ont d’autres agendas que celui du redressement du Mali, de faire les reformes nécessaires ».

Le diplomate nigérien a toutefois invité les autorités de la transition au respect « des décisions prises par la CEDEAO et à l’organisation rapide des élections ».

Source : STUDIO TAMANI

 

À propos MOM Rédaction

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Guinée: un comité de normalisation pour y recadrer le foot

La Fédération internationale de football (FIFA) a ordonné le 29 novembre la mise en place ...

Burkina : Thomas Sankara devait-il mourir à Tenkodogo ?

Dans sa déposition (mercredi 1er décembre 2021), l’ancien chargé de communication de la présidence du ...

Congo Hold-up : comment s’enrichir avec l’organisation d’un sommet?

Luxueux « cadeaux », contrats passés sans appels d’offres, montants exubérants, etc. : l’analyse des ...

Problématique de la carte Nina : Le gouvernement promet des solutions urgentes

Trouver des solutions urgentes et opérationnelles à la problématique de la carte du Numéro d’identification ...

Attaque d’Inata : Le rapport de l’enquête remis au Président du Faso

L’Inspection générale des forces armées nationales, pilotée par le Colonel-Major Wendwaoga Kéré, a produit le ...

Situation sécuritaire au Burkina : « Oui j’ai compris votre message qui nous invite à un changement de paradigme » dit Roch Kaboré

  Dans une allocution lue à la télévision nationale dans la nuit du 25 au ...