mercredi, octobre 5, 2022

Accord pour la paix : Un « véritable plan » de mise en œuvre demandé par la CMA

Must Read

Pour Attaye Ag Mohamed, membre de la CMA, le bilan de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation n’est pas flatteur. Selon lui, les raisons principales de ce retard résident dans l’absence d’une volonté et d’un programme manifeste du gouvernement de toucher les questions de fond de ce document. « Je pense que tout ce qui se dit sur le terrain par rapport à la lenteur de l’Accord est réel », affirme Attaye. Selon lui, « le gouvernement a évité de toucher aux questions de fonds ». « Pendant 06 ans, on sent que le gouvernement est focalisé sur les questions de sécurité, pendant que le conflit est purement politique. Et ce sont les questions politiques qui peuvent régler d’autres questions », ajoute Attaye Ag Mohamed.

Du côté de la Plateforme des groupes armes, un de ses responsables affirment qu’il y a eu des avancées notoires. Cependant, Hamballa Ag Hamzata estime que les autorités de la transition doivent mettre un accent particulier sur le processus du DDR pour faciliter le retour effectif de l’administration sur l’ensemble du territoire national. Il indique aussi que « le défi se situe au niveau des services politico-institutionnelles » avant de rappeler que « l’une des préoccupations majeures des populations maliennes est l’insécurité. Qui parle d’insécurité doit parler de la démobilisation, désarmement et réinsertion ».

 

SourceL’Aube

 

Previous articleDr Choguel Kokalla Maïga a successivement rencontré hier son prédécesseur Boubou Cissé, le président de la Cour suprême et celui de la Cour constitutionnelle Le chef du gouvernement poursuit la série de rencontres entamées la semaine dernière avec les forces vives du pays en vue de fédérer les intelligences et les énergies nécessaires pour la réussite de la Transition. C’est dans ce cadre que Dr Choguel Kokalla Maïga s’est rendu hier au domicile de l’ancien Premier ministre Dr Boubou Cissé. Après cette première étape, le chef du gouvernement s’est rendu successivement à la Cour suprême et à la Cour constitutionnelle. Au niveau de ces deux juridictions majeures du pays, ainsi qu’avec son prédécesseur, le Premier ministre a partagé les priorités du gouvernement qui s’articulent autour de l’amélioration de la sécurité, des réformes politiques et institutionnelles et de l’apaisement du climat social. Les hôtes de Choguel Kokalla Maïga ont unanimement apprécié cette démarche inclusive avant de lui promettre leur soutien pour la réussite de la Transition. Au sortir d’un tête-à-tête d’une vingtaine de minutes, Dr Boubou Cissé a confié à la presse avoir remercié Choguel Kokalla Maïga, «pour ce geste républicain». L’ancien chef du gouvernement se réjouit de la volonté du visiteur de marque de rassembler les intelligences et les énergies pour la bonne conduite de la deuxième séquence de la Transition. «Tout seul, on peut aller plus vite, sans doute, mais ensemble, nous allons généralement beaucoup plus loin», a-t-il insisté. Premier ministre avec les membres de la Cour constitutionnelle Face à la situation complexe que le pays traverse, Dr Boubou Cissé invite les Maliens à transcender les intérêts partisans et personnels et de faire en sorte que le plus important soit le Mali d’abord et le peuple malien. «J’ai indiqué au Premier ministre ce que j’ai toujours dit et répété, à savoir que je reste disponible pour aider mon pays, dans la mesure du possible, à se redresser», a-t-il rassuré. Pour sa part, le président de la Cour suprême, Wafi Ougadèye s’est dit rassuré par l’engagement du Premier ministre à respecter les délais fixés pour les élections. « Nous lui avons parlé des enjeux et des défis qui doivent être relevés par la justice, d’une manière générale et ce que la Cour suprême peut faire en particulier », a souligné le haut magistrat. Le chef du gouvernement a reçu l’assurance quant à l’accompagnement de la Cour suprême en ce qui concerne la transition, mais dans la stricte légalité. À la Cour constitutionnelle, les échanges entre Dr Choguel Kokalla Maïga et ses hôtes ont notamment porté sur la place que les autorités de la Transition voudraient faire jouer à cette institution dans le cadre du processus électoral à venir. Le cadre était opportun pour le président de la Cour constitutionnelle, Amadou Ousmane Touré, de préciser que quelle que soit la structuration des régimes, pour porter et traduire les aspirations d’un peuple, l’institution qu’il dirige a un rôle extrêmement important. «Et ce rôle, nous allons le jouer avec comme seule référence la Constitution et les lois du pays», a-t-il clarifié. Au cours de la visite, le Premier ministre était accompagné du ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Pr Ibrahim Ikassa Maïga. Aboubacar TRAORÉ Source: Essor
Next articleConstat du secrétaire général de l’Onu : La situation demeure préoccupante au Mali
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Accès à l’électricité à moindre coût : Bientôt des compteurs électriques made in Mali

Dans le cadre d’un partenariat entre la société chinoise Elect Afric et EDM-SA, le Mali  aura très bientôt une...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img